Georges Braque
Les Champ de colza, 1956-1957
Huile sur toile
20 x 65 cm (avec cadre peint par l’artiste)
Collection particulière
© Georges Braque, VEGAP, Bilbao, 2014
Photo © Laurens / Leiris SAS Paris


Les derniers paysages
1955-1963

En savoir plus

À la fin de sa vie, Braque, qui vivait entre Paris et Varengeville, commença une série de paysages consistant en de longs panoramas où l’on ne voit, à perte de vue, rien d’autre que la terre et le ciel, parfois traversés de signes noirs (des oiseaux) ou blancs (des nuages).. Ce sont les derniers tableaux de Braque, qui abandonne l’atelier pour diriger son regard vers l’extérieur, comme on peut l’observer sur les photographies où on le voit arpenter les falaises de Varengeville. La construction du fait pictural, dont Braque a fait son credo, , est là, à nu, représentée par deux bandes de peinture épaisse et crouteuse.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et vous offrir un service plus personnalisé. Si vous poursuivez la navigation, nous considérerons que vous acceptez leur utilisation.
Pour changer la configuration ou obtenir davantage d’information, veuillez consulter notre Politique de Cookies.