Georges Braque
Femme à la palette, 1936
Huile sur toile
92,1 x 92,2 cm
Musée des Beaux-Arts, Lyon
Legs de Jacqueline Delubac, 1997
© Georges Braque, VEGAP, Bilbao, 2014
Photo © RMN-Grand Palais / René-Gabriel Ojéda / Thierry Le Mage


Natures mortes, intérieurs et figures
1932-1939

En savoir plus

Dans les années trente, Braque s’ouvre à diverses sources d’inspiration et les natures mortes de cette nouvelle étape, dans lesquelles les formes, les couleurs et la lumière sont en osmose, deviennent plus décoratives. Leurs compositions s’accompagnent de riches arabesques et concilient biomorphisme et stylisation décorative. La série des figures dans un intérieur, comme Femme au Chevalet (1936) ou Le Duo (1937), également saturées de signes ornementaux, est centrée sur des silhouettes noires, dépersonnalisées, qui descendent des figures noires des vases grecs. Ce sont les muses de la poésie et de la musique qui hantent l’univers spirituel de Braque et qui lui confèrent son incomparable sensibilité.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et vous offrir un service plus personnalisé. Si vous poursuivez la navigation, nous considérerons que vous acceptez leur utilisation.
Pour changer la configuration ou obtenir davantage d’information, veuillez consulter notre Politique de Cookies.