Georges Braque
Canéphores, 1922
Huile sur toile
Huile sur toile
180,5 x 73 cm chacune
Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Paris
Legs de Baronne Eva Gourgaud, 1965
© Georges Braque, VEGAP, Bilbao, 2014
Photo © Bertrand Prévost - Centre Pompidou, MNAM-CCI/Dist. RMN-GP


Nus et Canéphores
1922-1930

En savoir plus

En 1922, Braque surprend ses contemporains au Salon d’Automne avec ses Canéphores. Ces figures féminines, dont la thématique nous renvoie à l’Antiquité Classique, sont proches des Nymphes de la fontaine des Innocents de Jean Goujon, emblématiques du classicisme français. Par leurs proportions et leurs couleurs anti-académiques, les figures de Braque s’inscrivent encore dans la continuité du dernier cubisme et incarnent aussi la complexité du “retour à l’ordre” et au figuratif effectué par Braque, épris de Corot et de Chardin, dans les années vingt.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et vous offrir un service plus personnalisé. Si vous poursuivez la navigation, nous considérerons que vous acceptez leur utilisation.
Pour changer la configuration ou obtenir davantage d’information, veuillez consulter notre Politique de Cookies.